Notre site Web utilise des cookies

Le 26 mai 2011 les directives concernant les cookies sur les sites Web ont été changés. Ce site-ci utilise des cookies. Un nombre de cookies que nous utilisons sont essentiels pour le fonctionnement de certaines parties de ce site et ils ont déjà été établis. Vous pouvez enlever et bloquer tous les cookies de ce site, mais dans ce cas-là il y auront certaines parties de ce site qui ne fonctionneront plus. Afin de savoir plus sur les cookies sur ce site Web, voire notre Directives sur la protection de la vie privée.

Loading

Barrage de Chungju, Chungju, Corée du Sud

Chungju Staudamm

Campagne de nettoyage créative au barrage de Chungju, en Corée du Sud.

En octobre 2012, une grande partie du public a pu se rendre compte de la créativité avec laquelle Kärcher utilise ses nettoyeurs haute pression dans le cadre d'un projet artistique international : une équipe germano-coréenne regroupant des collaborateurs Kärcher, des techniciens cordistes et des ingénieurs géomètres a collaboré avec l'artiste Klaus Dauven pour créer l'œuvre d'art « Horang-ee » (tigre) sur le barrage Chungju.

Le barrage de Chungju, situé à environ cent kilomètres au sud de Séoul, est le plus grand du pays. Avec sa capacité de plus de 2,7 milliards de mètres cubes, le lac de retenue assure l'approvisionnement en eau potable de la capitale et de la région depuis 1985. Par ailleurs, l'installation couvre la production énergétique et assure la protection en cas de crue.

Aujourd'hui, le barrage remplit une nouvelle fonction : celle d'une toile gigantesque. L'œuvre d'art « Horang-ee » représente un tigre dessiné dans la saleté, à l'aide de nettoyeurs haute pression Kärcher, sur le mur du barrage de 447 mètres de long et de 98 mètres de hauteur. Pour transférer l'esquisse de l'artiste à partir d'un format A3 en paysage sur le mur du barrage, le dessin a été numérisé et projeté sur le mur à l'aide de la technique laser. Cette opération a nécessité au total le calcul de plus de 1 300 points de mesure marqués sur l'ouvrage à l'aide de mastic jaune et reliés ensuite par Klaus Dauven. Les contours de l'esquisse ont ainsi été tracés selon la méthode dite de « peinture d'après chiffres ».

Les nombreux encastrements dans le mur représentaient un défi, ils offraient une surface de travail irrégulière. Comme le degré de saleté n'était pas identique sur tout le mur, l'œuvre devait occuper une place bien précise. Pour pouvoir atteindre toutes les zones, l'artiste et les techniciens cordistes qui l'assistaient sont descendus en rappel du sommet du mur. Les saletés à éliminer sur le mur du barrage étaient principalement d'origine organique (algues, mousse et lichen). Le travail a pu être réalisé sans avoir recours aux produits chimiques.

Chungju Staudamm
Chungju Staudamm
Chungju Staudamm