Notre site Web utilise des cookies

Le 26 mai 2011 les directives concernant les cookies sur les sites Web ont été changés. Ce site-ci utilise des cookies. Un nombre de cookies que nous utilisons sont essentiels pour le fonctionnement de certaines parties de ce site et ils ont déjà été établis. Vous pouvez enlever et bloquer tous les cookies de ce site, mais dans ce cas-là il y auront certaines parties de ce site qui ne fonctionneront plus. Afin de savoir plus sur les cookies sur ce site Web, voire notre Directives sur la protection de la vie privée.

Loading

Escaliers du Potemkine, Odessa, Ukraine

Potemkinsche Treppe

Les escaliers du Potemkine, à Odessa, est propre

Durant l'été 2009, Kärcher s'est engagée pour la première fois dans un projet de nettoyage en Ukraine. À Odessa, les escaliers du Potemkine ont été débarrassés d'impuretés parfois tenaces grâce à des nettoyeurs haute pression. Il s'agissait principalement de salissures causées par les émissions, des fientes de pigeons, des chewing-gums usagés (environ 5 000 !) et de la cire de bougies qui s'étaient déposés sur les marches de granit et les paliers intermédiaires en asphalte.

L'équipe de nettoyage a commencé en haut du perron pour progresser ensuite en descendant, marche par marche. Deux nettoyeurs haute pression à eau chaude de type HDS 13/20 Eco 4-S ont été employés avec des buses à jet plat d'un angle de 40° respectueuses des surfaces, sans produit chimique. Pour assurer le nettoyage uniforme des paliers, les nettoyants pour sols durs FR 30 et FR 50 ont été connectés aux appareils. Afin d'éviter que l'eau sale ne se répande sur les marches, elle a été immédiatement retirée à l'aide d'un aspirateur eau et poussières NT 611 K et éliminée au fur et à mesure.

L'escalier d'une longueur de 142 m et de 192 marches relie la vieille ville et le port. Il semble encore plus long en raison de son mode de construction et de sa perspective : sa largeur est de 21,7 m au pied de l'escalier et rétrécit pour être de 13,4 m en son sommet. L'escalier doit sa renommée mondiale à la scène clé du classique cinématographique « Le Cuirassé Potemkine » de Sergei Eisenstein, en 1925, duquel il tire également son nom.