Étude Kärcher 2019 : Le nettoyage aide à combattre le stress quotidien

Nous avons interrogé plus de 11 000 personnes dans le monde entier sur leurs habitudes de nettoyage et avons découvert des informations surprenantes. Découvrez comment le nettoyage aide à combattre le stress quotidien et quels sont les pays où l'on consacre le plus de temps au nettoyage.

Cleaning with the Kärcher FC 3 Cordless

Quiconque utilise un aspirateur ou des chiffons de nettoyage le fait dans l'attente d'un résultat : une maison propre où l'on peut se détendre et être heureux. Mais l'acte de nettoyage lui-même présente certaines vertus : pour de nombreuses personnes interrogées, nettoyer réduit le stress. Par exemple, 75 % des britanniques affirment passer la serpillière lorsqu'ils sont stressés. Résultat : 84 % se sentent plus calmes et détendus dans une maison propre. En France aussi, il existe un lien entre le nettoyage chez soi et la réduction du stress : 59 % des Français se décrivent même comme méditatifs et calmes lorsqu'ils font le ménage. L'étude internationale sur le nettoyage menée par Dynata pour le compte de Kärcher dans onze pays, fait part de ce constat et de bien d'autres choses encore.


Cleaning against daily stress

Nettoyer, mais en profondeur

Si deux tiers des Allemands nettoient au moins une fois par semaine, 13% le font même quotidiennement. L'étude montre que le samedi n'est pas le prétendu "jour de nettoyage". En fait seulement 9% des Allemands ont un jour fixe pour le nettoyage. Cela ne change rien au résultat : 88% des répondants attachent une grande importance à une maison propre.

Le nettoyage est également célébré en Chine. Le nettoyage en profondeur, avec par exemple un nettoyeur vapeur, est très important - 94% des personnes interrogées considèrent le nettoyage intensif comme important voire très important. Dans la catégorie des 25-34 ans, les répondants partagent ce sentiment à hauteur de 99%. Quelle pièce d'habitation doit être nettoyée en profondeur ? Réponse : la cuisine pour 41%, la salle de bains et la chambre à coucher, chacune pour 25%.


Combien de temps consacre-t-on au nettoyage ?

Partout dans le monde, le nettoyage domestique prend autant de temps qu'une séance de cinéma, une longue promenade ou un rendez-vous autour d'un café entre amis.

Dans le monde entier, les gens passent en moyenne deux heures et cinquante-deux minutes à nettoyer par semaine. Avec 4 heures et 49 minutes, les Russes sont ceux qui passent le plus de temps à nettoyer chez eux. Ce n'est guère surprenant. La propreté est importante pour 97% des Russes. Les gens passent aussi beaucoup de temps à nettoyer en Belgique : avec une moyenne de 3 heures et 39 minutes, les personnes interrogées sont parmi les plus performantes - et pourtant 45% d'entre elles souhaitent avoir plus de temps pour le ménage. En comparaison, les Japonais attachent le moins d'importance à une maison propre - ce qui se reflète également dans la durée du nettoyage : 1 heure et 29 minutes.

How long the world spends cleaning

Classic helpers versus state-of-the-art technology

Procédés classiques contre technologie de pointe ?

Utiliser les bons outils garantit un nettoyage simple et efficace. Dans le monde entier, les gens ne peuvent pas se passer de matériels manuels tels les balais, brosses, serpillières, etc. (79%), les détergents chimiques (75%) ou les matériels de nettoyage électriques avec câble (66%) - ces produits sont les plus utilisés par toutes les personnes interrogées. Cependant, la tendance est clairement à l'évolution vers les appareils sans fil. Au Japon, les appareils sur batterie sont très populaires - un japonais sur deux (54%) considère que leur utilisation est importante et un tiers (34%) les utilise déjà. Les opinions sur les solutions de nettoyage autonomes comme les aspirateurs robots varient considérablement d'un pays à l'autre - la Chine est de loin le pays qui les utilise le plus, à hauteur de 38 %. En Allemagne, l'utilisation est restée stable par rapport à l'année précédente, avec seulement 15%.

D'autres pays, en revanche, comptent sur un soutien extérieur pour nettoyer, notamment en Pologne : une personne sur deux (52%) compte ici sur l'aide d'un ami, de sa famille ou d'un colocataire.


Pour le compte de Kärcher, l'institut d'études de marché Dynata a interrogé 11 099 personnes âgées de 18 à 65 ans provenant de onze pays, dont la Belgique, le Brésil, la Chine, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, le Japon, les Pays-Bas, la Pologne, la Russie et les Etats-Unis. Les résultats de l'enquête en ligne ont été triés en fonction de critères tels que le sexe, l'âge et la région. Trois questions ont été posées à tous les pays. Il y avait également deux questions spécifiques par pays.

Entretien sur le comportement de nettoyage avec la psychologue Dr. Brigitte Bösenkopf

Depuis plusieurs années, l'enquête internationale Kärcher sur le nettoyage fournit des informations sur les thèmes de la propreté, de l'ordre et du comportement de nettoyage des personnes. Dans l'enquête de cette année, mandatée par Kärcher et réalisée par Dynata dans onze pays, un résultat ressort particulièrement : le nettoyage conduit à la relaxation, et même à des états méditatifs. C'est ce qu'affirment au moins 75% des anglophones et 59% des francophones. Le nettoyage comme activité compensatrice de bien-être ? Kärcher veut en savoir plus et a demandé au Dr Brigitte Bösenkopf, psychologue, journaliste et directrice du Centre du Stress à Vienne.

Cleaning windows with the Kärcher WV 6
Cleaning with the Kärcher SC 2 Deluxe
After cleaning with the Kärcher SC 3 Upright
Dr. Brigitte Bösenkopf

Interview

Dr. Bösenkopf, nous vivons à une époque de changements rapides. Les phases de relaxation doivent être délibérément planifiées. Pourquoi est-ce précisément le nettoyage qui, pour beaucoup de gens, s'apparente à de la détente ?

Dans une vie quotidienne trépidante, les gens cherchent des occasions de se détendre. Ils souffrent des exigences croissantes de leur vie professionnelle et privée, de la pression du temps et du désir de se réaliser, même dans des circonstances difficiles. C'est là qu'intervient le nettoyage. Les neurobiologistes ont découvert que notre cerveau libère des substances endogènes de bien-être lorsqu'il agit de façon routinière. C'est précisément ce que le nettoyage offre. En se concentrant sur le moment présent, notre esprit devient clair, et qui plus est, nos efforts sont récompensés par une maison propre. Pendant le nettoyage, nous sommes nos propres maîtres et pouvons diviser le travail comme nous le souhaitons - l'effort neuronal est minimal et notre cerveau est détendu. Le nettoyage, le passage de l'aspirateur, etc. deviennent ainsi, pour de nombreuses personnes, des rituels de relaxation personnels.

Mais le nettoyage n'est pas automatiquement synonyme de détente pour tout le monde, même si presque tous les participants à l'étude (92%) attachent de l'importance à une maison propre. D'un point de vue psychologique, comment les gens peuvent-ils se motiver pour le nettoyage ?

Notre attitude intérieure à l'égard du nettoyage décide si nous percevons l'activité comme un mal nécessaire ou comme une occasion de détente. Il aide les nettoyeurs réticents à considérer le nettoyage comme un défi positif qu'il faut relever calmement. Avec un peu de pratique, ils peuvent eux aussi s'épanouir dans la maison et apprécier la propreté comme une récompense bien méritée. Quiconque est capable d'être pleinement absorbé par une activité peut occulter les problèmes et consacrer toute son attention sur l'action qui l'occupe. Beaucoup de gens décrivent cet état comme une expérience de nettoyage méditative, qui peut contrecarrer le stress et les signes de fatigue.
En principe, la motivation pour le nettoyage peut varier considérablement. Pour certains, c'est l'effet relaxant, pour d'autres, la propreté est elle-même la grande motivation. L'activité donne aussi à beaucoup de personnes un sentiment de certitude - ils ont le sentiment que tout comme leur environnement extérieur, leur " monde intérieur " est aussi sous contrôle.

Lorsque le nettoyage s'inscrit dans une vie quotidienne intense, un sol sale génère rapidement une alerte et un facteur de stress supplémentaire. Que pouvons-nous faire si notre motivation est élevée mais notre temps limité ?

Les enquêtes montrent que le stress n'est souvent pas causé par la pression extérieure, mais qu'il provient de nous même à 70 %. C'est notre personnalité qui en décide. Les personnes résilientes qui acceptent le stress non pas comme une pression, mais comme un défi quotidien, peuvent résoudre le dilemme facilement. Elles se concentrent sur ce qui est faisable et ne gaspillent pas leur énergie en autocritique si leurs engagements professionnels laissent peu de temps pour les travaux ménagers.
Les personnes stressées par le chaos qui règne à la maison ne devraient pas s'apitoyer sur leur sort, mais agir de façon stratégique et réfléchir soigneusement aux activités de nettoyage qui peuvent être gérées dans un temps imparti. En adoptant une telle attitude, le nettoyage devient une expérience positive.

"Les produits de nettoyage modernes soutiennent le désir humain d'ordre et de propreté"

Autrefois, il était d'usage d'effectuer les tâches ménagères un jour spécifique de la semaine. Les résultats de l'étude indiquent, de nos jours, un cadre beaucoup moins rigide. A quoi cela est-il dû ?

Dans de nombreuses familles, mais aussi dans les ménages isolés, le week-end est consacré aux loisirs. Le classique "nettoyage du samedi" ne correspond plus à notre emploi du temps. Les activités de nettoyage se font de préférence en semaine, par petit bout. Après une journée bien remplie, beaucoup de gens voient même leur rituel de nettoyage du soir sous un angle positif. Ils peuvent par exemple, oublier leurs soucis professionnels et se consacrer à une activité dans laquelle ils entrevoient immédiatement les résultats positifs, tout en étant capables de penser à autre chose.

Le temps moyen de nettoyage varie considérablement d'un pays à l'autre. Une comparaison internationale montre des écarts très importants, allant d'une heure et demie à près de cinq heures. Comment l'expliquer ?

Ici, deux facteurs jouent un rôle important : la personnalité de l'individu et l'environnement culturel, en d'autres termes, la place qu'occupent la propreté et l'ordre dans une société. Les perfectionnistes, par exemple, consacrent beaucoup de temps à une maison rangée, tandis que les gens désordonnés peuvent facilement faire face au chaos. Les bourreaux de travail, par contre, préfèrent investir toute leur énergie dans leur travail plutôt que dans le nettoyage, et les gens conviviaux aiment disposer d'une maison confortable et propre. En plus de ces particularités et de ces attitudes individuelles à l'égard du nettoyage, les valeurs prônées par la société ont une grande influence.

Vers où tend le nettoyage ? Les développements techniques vont-ils permettre aux gens d'expérimenter de plus en plus le nettoyage comme un moyen de se détendre ?

Les produits de nettoyage modernes accompagnent le désir d'ordre et de propreté de l'homme. Et c'est précisément dans une vie quotidienne bien remplie que les soutiens techniques sont une véritable bénédiction. Ils permettent de gagner du temps et donnent généralement de meilleurs résultats que les procédés de nettoyage traditionnels. Ainsi, les personnes disposant de peu de temps libre peuvent également profiter de l'effet antistress que procurent la propreté et l'ordre. Et n'oublions pas que l'utilisation d'appareils technologiquement innovants est aussi ludique. Comme dans de nombreux domaines de la vie, la technologie joue un rôle de plus en plus important dans le nettoyage.

 

Vacuum cleaning with the  Kärcher VC 5 Cordless

La psychologue et journaliste Brigitte Bösenkopf est l'une des cofondatrices du Centre du Stress de Vienne. Elle s'intéresse depuis de nombreuses années à la question de savoir comment les gens, malgré leur stress professionnel et privé, parviennent à rester en bonne santé et à ne pas perdre leur joie de vivre. A la tête du groupe de travail pour la psychologie préventive en Autriche, elle a aidé de nombreuses personnes à développer leur résistance au stress et à le considérer comme un défi positif.