Une plongée dans le monde souterrain de Munich

Personne ne connaît aussi bien les stations de métro de Munich que Klaus Merkel. Et ce savoir restera encore dans la famille pendant un certain temps parce que son fils Alexandre a repris l'entreprise de publicité de son père.

Klaus Merkel et son fils Alexander prennent l'escalator qui les mène sur le  site. Munich, Westfriedhof. Il fait nuit. Les deux hommes portent des vêtements de haute visibilité et leurs outils. Ils poseront une affiche publicitaire derrière les rails. Une ou deux fois par semaine, les deux hommes sortent la nuit pour poser des affiches publicitaires. Pour des raisons de sécurité, il n'y a qu'un seul créneau horaire entre une heure et demi et quatre heures du matin où aucun train ne circule.

Il arrive qu'un train affecté aux travaux de nuit circule sur une autre voie. "On a parfois l'impression qu'il vient droit sur nous. Cela peut bêtement faire peur", dit Klaus Merkel. Mais on s'y habitue vite. Surtout quand on fait ce travail depuis autant de temps que l'homme de 78 ans. Aucun de ses anciens collègues n'est en actvité aujourd'hui. Klaus Merkel est aujourd'hui le plus ancien dans ce métier. "Personne ne connaît les gares aussi bien que moi. Cela me donne aussi un sentiment de fierté", dit Klaus Merkel.

 

 


difference Award_Plakatwerrbung_Karussell3
difference Award_Plakatwerrbung_Karussel1
difference Award_Plakatwerrbung_Karussel2

De l'artisanat à l'impression numérique

Depuis plus de 45 ans, Klaus Merkel évolue dans le monde souterrain de Munich. Dans les années 1970, il a commencé à peindre des publicités sur de grands panneaux de bois - un vrai travail d'artisan avec un pinceau et une baguette. "Ce n'est plus le cas aujourd'hui", ajoute-t-il. "L'impression numérique est imbattable question propreté. Presque tous les matériaux sont imprimables." Les panneaux de bois n'ont plus été utilisés dans les gares souterraines depuis déjà un certain temps pour des raisons de protection contre l'incendie.

Beaucoup de choses ont changé au fil des décennies, principalement les matériaux. Alors que dans les années 1980 et 1990, on utilisait du papier et de la pâte classiques, on utilise aujourd'hui principalement des films imprimés. Klaus Merkel ne regrette pas l'artisanat ancien. "cette nouvelle façon de travailler est aussi géniale. Et bien sûr, tout est plus rapide aujourd'hui." Il faut s'adapter à son époque, sinon on est perdant. Klaus Merkel aime se sentir utile. "Devoir penser de manière proactive. Ne pas simplement resté assis ou faire du sport, mais réfléchir sur chaque projet : comment allons-nous nous y prendre ? Cela permet de rester jeune."

difference Award_Plakatwerbung_Bild2
difference Award_Plakatwerbung_Titelbild

"La décision n'était pas difficile à prendre"

Tant qu'il est en bonne santé, Klaus Merkel veut continuer à travailler. "Et pourquoi pas ? ajoute-t-il. "De cette façon, je peux aussi offrir un peu de temps libre à mon fils". En 2010, Alexander Merkel reprenait l'entreprise de son père, une société de publicité du sud de l'Allemagne. "La décision n'a pas été difficile à prendre", dit-il. Une fois terminée sa formation de graphiste dans l'audiovisuel, il a passé de nombreuses années à travailler à temps partiel dans l'entreprise de son père et avait fait le tour de la question. Pour Alexander Merkel, le fait que l'entreprise soit devenue une entreprise familiale est très important. "Je pense que c'est bien que ce ne soit pas une grande entreprise. Cela se traduit par une ambiance de travail très harmonieuse."

Alexander Merkel profite des connaissances de son père. Il y a entre 500 et 600 emplacements publicitaires dans les stations de métro de Munich. "Il y en a de différentes époques, avec différents matériaux de construction offrant des résistances et des formats variés. Nous avons peaufiné beaucoup de petits détails au fil des décennies". Un savoir-faire que ne possèdent plus les services municipaux ni la Münchner Verkehrsgesellschaft (société de transport de Munich). "Il n'y a apparemment plus de document pour tout", dit Alexander Merkel. Le savoir-faire et l'expertise de son père sont particulièrement cruciaux pour les productions sur mesure. "Nous n'aurions pas pu accepter une ou deux missions sans lui."         

       

Les écrans et les displays ne sont pas toujours la solution optimale

Le travail d'Alexander Merkel pourrait sembler être tombé en désuétude. Mais le digital est encore loin d'avoir détruit les grands espaces publicitaires classiques. "Vous entendez encore et encore que la publicité sur les écrans et displays est l'avenir. Notre expérience nous dit le contraire. Beaucoup de nos clients ne veulent pas apparaître comme une publicité ennuyeuse entre le bulletin météo et les nouvelles", explique Alexander Merkel.

De plus, les petits clients comme les coiffeurs ou les petits commerçants ne peuvent pas s'offrir des formats publicitaires modernes à prix élevés . "Même les panneaux publicitaires qui proposent des affiches en rotation ne constituent pas une solution optimale", déclare Klaus Merkel. "Ils changent trop vite. Tout le monde aime lire quand il a le temps - en attendant un train ou chez le médecin. Et les gens regardent aussi les publicités."

Alexander Merkel se voit encore faire ce travail pendant longtemps. "J'aime le mélange d'artisanat et de travail du papier. Vous planifiez et organisez, mais vous participez également à la mise en place. Et pour finir vous obtenez un résultat visible", dit-il. Il est possible qu'il transmette l'entreprise à la génération suivante. "Mais il est difficile d'évaluer l'évolution de ce marché. La numérisation va-t-elle tout balayer ou les publicités classiques perdureront-elles encore pendant quelques décennies ?" Alexander Merkel a su transmettre à ses enfants sa connaissance du monde souterrain de Munich et veiller à ce que ce savoir-faire ne soit pas perdu.

Illustration Englisch

difference Award_Plakatwerbung_Titelbild