Notre site Web utilise des cookies.

Une majorité de ces cookies est essentielle pour le bon fonctionnement du site. Vous pouvez bloquer ou supprimer ces cookies, mais ceci peut provoquer un mauvais fonctionnement du site. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies, nous vous invitons à lire les directives sur la protection de la vie privée.

Loading

Entretien des espaces verts et surfaces externes

À peine l'hiver passé et que les premières plantes et arbustes commencent à fleurir, une énorme charge de travail attend les communes et prestataires de services: entretenir les pelouses dans les parcs, arracher les mauvaises herbes, dégager les voies d'accès et emplacements de parking, tailler les arbustes et éliminer les poussières et saletés. Un équipement adapté ainsi qu'une bonne connaissance des différentes techniques de travail et des besoins des gazons et des plantes donnent les meilleures chances de maîtriser ces diverses tâches.

Entretien des espaces verts et surfaces externes

Tâche 1: Entretien des espaces verts

En matière d'entretien des espaces verts, le gazon est primordial. Un sol bien aéré, des substances nutritives, une température moyenne de 10 à 25 °C ainsi qu'une alimentation en eau continue sans eau stagnante – telles sont les conditions impératives pour assurer la bonne croissance des pelouses. Au rythme normal des saisons, elles poussent rapidement entre mars et mai, font une pause au cœur de l'été à cause de la sécheresse et de la chaleur, avant de reprendre leur croissance dans les mois d'automne. La trêve hivernale est généralement à prévoir entre décembre et février.

Pour un entretien efficace des pelouses, il est décisif d'habituer l'herbe à la hauteur de coupe souhaitée et de ne pas la couper trop court. En effet, les feuilles qui poussent sur les brins d'herbe contiennent beaucoup de fibres qui assurent le transport de l'humidité à partir des racines vers le haut du brin d'herbe. Si la tonde est trop courte, par manque de feuilles, le brin risque de dessécher ce qui fait périr la pelouse. La hauteur de coupe et en conséquence la fréquence des tondes varient selon le type de gazon. 

Quel tondeuse pour quelle tâche?

Pour les tontes au niveau communal, il est recommandé d'utiliser un porte-outils municipal avec une unité de tonte adaptée. Les plateaux de tonte sont le plus fréquemment utilisés à cet effet. Avec un rendement surfacique élevé et une hauteur de coupe réglable, ils sont en particuliers indiqués pour les parkings, les abords végétalisés des routes, les terrains de sport et de jeux. De plus, il est très facile de réaffûter les lames – un aspect primordial en matière d'entretien des espaces verts, car les lames émoussées ne coupent pas l'herbe mais la broutent. Il reste alors des fibres résiduels sur le brin qui dessèchent et confèrent un aspect blanchi à la pelouse.

Enfin, pour un matériel adapté à l'application, il faut encore choisir le sens de l'éjection de l'herbe (sur le côté ou à l'arrière), ce qui détermine le type de lame à utiliser (couteaux en forme de faucille avec des ailettes basses ou hautes, couteaux broyeurs).

Outre les plateaux de tonte, d'autres types de faucheuses peuvent aussi être utilisés pour les travaux communaux:

Entretien des espaces verts avec le porte-outils de Kärcher

S'il s'agit de faucher les talus et bordures de routes, les terres en friche ou encore les vergers ou terrains horticoles, la faucheuse à fléaux ou le broyeur à marteaux est l'outil privilégié. Dans les communes, cet outil est entre-temps aussi fréquemment utilisé pour l'entretien des terrains de jeux ou les parcs. La faucheuse à fléaux est très robuste, ne montre quasiment pas d'usure, permet aussi de broyer des branches et arbrisseaux, et est entièrement réglable en termes de hauteur de coupe. De plus, ce type de faucheuse contribue à la fertilisation des surfaces herbeuses. Cependant, le porte-outils est très lourd et bruyant. Il occasionne aussi plus travail d'entretien et de nettoyage. 

Types de lames disponibles:

  • Couteaux en Y Permettent un mulching net et le broyage du bois jusqu'à un diamètre de quatre à cinq centimètre.
  • Fléaux pour broyeur légers: Fournissent un profil de coupe optimal, nécessitent moins de force et conviennent idéalement pour les parcs – hormis le déchiquetage.
  • Fléaux pour broyeur lourds: Permettent de broyer du bois jusqu'à un diamètre de huit centimètres, ont un rendement nominal élevé et sont très robustes.
Faucheuse à fléaux au MIC 50

L'exact pendant de la faucheuse à fléaux est la tondeuse hélicoïdale, en quelque sorte la spécialiste des réputés gazons à l'anglaise. Sur les terrains de golf et de sport par exemple, elle assure un profil de coupe très propre avec des hauteurs de coupe de un à trois centimètres. De plus, avec sa grande largeur de travail, elle permet un fauchage efficace. En revanche, elle s'avère très fragile et son entretien est coûteux, étant donné qu'il n'est pas possible d'affûter soi-même les lames. De plus, elle ne devrait pas être utilisée sous la pluie ni dans l'humidité. 

La faucheuse rotative et la faucheuse à barre de coupe sont deux dispositifs atypiques, qui ne sont qu'isolément mis en œuvre dans les communes. La faucheuse rotative est conçue à l'origine pour répondre aux besoins des exploitations agricoles, mais s'utilise aussi pour l'entretien des prairies inondables dans les marais, qui doivent seulement être fauchées deux fois par an. Les faucheuses rotatives sont rapides, robustes et offrent des rendements surfaciques élevés. Elles peuvent néanmoins seulement être mises en œuvre à partir d'une hauteur de coupe de 15 centimètres. De plus, le produit broyé doit pouvoir être collecté.

Outils sans fil pour les endroits difficilement accessibles

Les outils manuels sans fil sont indiqués pour l'entretien des arbres, arbustes et haies. Les versions fonctionnant sur batterie des débroussailleuses, taille-haies, tronçonneuses et souffleurs de feuilles peuvent convenir pour tous types de travaux d'entretien des espaces verts communaux, sont jusqu'à 50 pour cent moins bruyants que les outils traditionnels à essence et n'émettent aucune émission. De plus, ils génèrent jusqu'à 80 pour cent moins de vibrations ce qui rend leur maniement nettement plus ergonomique. Du fait de leur compacité, ils permettent aussi de travailler aisément et de manière précise dans les zones étroites et tortueuses.


Tâche 2: Élimination des mauvaises herbes

Pissenlits, chardons et autres mauvaises herbes poussent quelques fois avec une incroyable vigueur à travers les revêtements des routes et les chemins, dans les recoins, les fentes et les fissures. Et pourtant, la lutte efficace contre les mauvaises herbes représente un grand défi pour les communes. Diverses solutions alternatives peuvent être envisagées selon le niveau de développement des mauvaises herbes. D'une manière générale, la règle veut que: plus vigoureuse est la plante – en particulier les racines – plus élevé est l'effort à fournir pour l'éliminer.

Si les mauvaises herbes n'ont pas encore poussé trop haut, les procédés thermiques sont indiqués. Elles peuvent en effet être véritablement desséchées avec un air ou des flammes atteignant des températures jusqu'à 450 °C. Les capsules séminales sont alors explosées et ne peuvent plus produire de nouvelles pousses. Or les mauvaises herbes sont le plus souvent très robustes: la chaleur permet en effet seulement de brûler superficiellement la plante ; elle ne suffit pas pour atteindre la plante jusqu'à la racine ce qui donne une chance aux mauvaises herbes de reprendre.

Les solutions à air chaud sont disponibles soit en tant qu'outils manuels, soit comme accessoires pour les porte-outils municipaux. En moyenne, huit passages sont requis par phase de croissance. Un usage quotidien n'est pas nécessaire. Mais les mauvaises herbes continuent de pousser entre les différents traitements. De plus, il est à noter que les solutions à air chaud devraient seulement être mises en œuvre si aucuns végétaux environnants ne risquent de s'enflammer pour éviter tout incendie de forêt ou d'agglomérations.

Élimination des mauvaises herbes avec l'air chaud

Dans les endroits où une croissance plus forte des mauvaises herbes ne dérange pas particulièrement, l'élimination peut intervenir encore plus tard dans l'année. Dans ce cas, l'eau bouillante est la méthode la plus efficace. L'eau est chauffée jusqu'à une température de 99 °C, ce qui produit un effet en profondeur jusqu'aux racines et peut parvenir à détruire les plantes. Deux à trois jours après le traitement, les mauvaises herbes régressent. Il est recommandé de procéder à trois passages en phase de croissance, l'inconvénient étant néanmoins qu'il faudra supporter plus longtemps la croissance des mauvaises herbes. Sont disponibles sur le marché : des accessoires pour porte-outils municipaux mais aussi des accessoires spécifiques aux lances qui peuvent être utilisés en combinaison avec les nettoyeurs haute pression à eau chaude. Ces derniers conviennent en particulier pour les endroits difficilement accessibles comme les murs ou les niches.

En guise d'alternative à l'utilisation de l'eau chaude, il peut aussi être envisagé d'opter pour des accessoires qui utilisent de la vapeur d'eau chaude. Comparativement à l'eau bouillante, ce procédé utilise moins d'eau pour traiter l'ensemble de la surface, car les plantes sont simplement humectées. Notez cependant que pour cette raison, la chaleur ne parvient pas jusqu'à la racine et ne peut donc pas la détruire. L'effet est par conséquent moins durable et le procédé doit être répété plus fréquemment.

Qu'il s'agisse d'air chaud, de vapeur chaude ou d'eau bouillante – toutes les méthodes thermiques ont l'avantage de pouvoir être utilisées sur les voies constituées de graves traitées aux liens hydrauliques, par exemple sur du gravier ou du sable rouge des terrains de sport, là où les balayeuses n'entrent pas en question.

Élimination des mauvaises herbes avec l'eau chaude

Si le plantain et le pissenlit ont déjà poussé sur un demi-mètre dans les chemins et qu'ils se sont bien fixés avec un profond enracinement, seuls les moyens mécaniques peuvent en venir à bout, avec des balayeuses et accessoires comme des balais à mauvaises herbes à poils en acier. Le tressage résistant en acier arrache du sol les végétaux avec les racines. Ce procédé d'élimination des mauvaises herbes est efficace indépendamment de la nature du terrain; une balayeuse par aspiration permet en même temps d'aspirer les résidus des plantes.

La première utilisation s'effectue seulement lorsque les mauvaises herbes ont atteint une hauteur pour laquelle une intervention s'impose. La fréquence des interventions se décide sur décision individuelle de la commune concernée. Dans tous les cas, le nombre de passages est nettement inférieur qu'avec les autres méthodes. Il faut cependant tenir compte du fait que les mauvaises herbes hautes aux racines profondes augmentent les contraintes latérales sur les bras du balai et sur le raccordement entre le porte-outils et le véhicule.

Élimination des mauvaises herbes avec des balais en acier

Tâche 3: Balayage à l'extérieur

Dans la poussière et les saletés se nichent des pollens à partir desquels les mauvaises herbes se mettent à pousser. En guise de prévention, les plantes doivent être enlevées du milieu propice à leur croissance. Ceci s'effectue au mieux par un balayage régulier et approfondi des surfaces extérieures.

Petites surfaces: balayeuses autoportées

La sélection des machines et accessoires requis pour ce faire s'oriente suivant la nature de sol, le type de salissures et la taille de la surface resp. des distances à parcourir: dans le cas d'un rayon d'action bien défini, des objets individuels comme des parkings, des piscines en plein air ou des zones à l'extérieur des salles polyvalentes, une balayeuse autoportée classique convient parfaitement. La brosse latérale permet de balayer les recoins et les angles, la saleté des routes entassée est ensuite collectée par le rouleau de balayage principal. Pour éviter le tourbillonnement des poussières, surtout sur des surfaces particulièrement sèches, il peut être judicieux de désactiver les brosses latérales et de travailler seulement avec le rouleau de balayage principal. Selon la machine, il est en outre possible d'ajouter de l'eau afin de lier la poussière.

Les balayeuses peuvent fonctionner sur batterie ou être alimentées au GPL, à l'essence ou au diesel. Le type de moteur requis dépend du domaine d'utilisation. Les petites surfaces peuvent très bien être traitées avec des machines fonctionnant sur batterie – sur les pentes raides, celles-ci sont néanmoins peu indiquées en raison de leur faible capacité à gravir une pente.

Balayeuses autoportées de Kärcher

Surfaces plus grandes: balayeuses communales

De principe, les balayeuses autoportées classiques peuvent seulement atteindre des vitesses de 10 à 16 km/h environ, c'est pourquoi elles ne conviennent guère voire pas du tout pour le balayage sur des distances plus longues et de plus grandes surfaces.

Avec les balayeuses communales resp. par aspiration, il est en revanche possible de traiter rapidement des surfaces plus grandes: elles peuvent en effet atteindre des vitesses de marche jusqu'à 40 km/h, ce qui permet aussi de parcourir des trajets prolongés sur les voies publiques. Les saletés sont regroupées par les brosses latérales avant d'être aspirées par l'embouchure d'aspiration. Un avantage supplémentaire des balayeuses communales réside dans le fait qu'elles peuvent être utilisées toute l'année, car la cabine équipée de la climatisation et d'autres caractéristiques, assure tout le confort au conducteur. Contrairement aux balayeuses autoportées, elles peuvent non seulement être utilisées sur un sol sec mais aussi par tous types de conditions météorologiques jusqu'à une température de 0 °C.

Pour sélectionner la machine adéquate, il faut certes considérer la taille de la surface à nettoyer, mais aussi les circonstances: en cas de passages étroits et de virages serrés, les machines étroites et maniables sont préférables. Si des pentes doivent être gravies, il convient aussi de prendre en compte la capacité à gravir une pente de la balayeuse communale.

Balayeuses communales de Kärcher

Le bon produit pour tous les besoins


Ceci pourrait aussi vous intéresser

Lutte écologique contre la processionnaire du chêne

Lutte écologique contre la processionnaire du chêne

Les chenilles processionnaires du chêne peuvent devenir un risque pour la santé à cause de leurs poils urticants très toxiques. Il est par conséquent primordial d'appliquer d'emblée des mesures efficaces pour lutter contre cet insecte.

EN SAVOIR PLUS
PPA: prévention par nettoyage

PPA: prévention par nettoyage

Après l'apparition de la peste porcine africaine (PPA) en Belgique en septembre 2018, le virus s'est progressivement étendu à toute l'Europe centrale. Néanmoins, en procédant à un nettoyage adéquat des exploitations, les agriculteurs peuvent contribuer de manière substantielle à protéger leur cheptel.

EN SAVOIR PLUS
Le nettoyage de sols industriels

Le nettoyage de sols industriels

Les sols industriels exigent une attention particulière, et ce tant lors de la pose que lors de leur revêtement, nettoyage et entretien. Le choix de la bonne méthode de nettoyage dépendant essentiellement de la nature des sols.

EN SAVOIR PLUS